La terre et l'eau, l'air et le feu : le potier se mesure aux quatre éléments par lesquels les philosophes antiques expliquaient le monde.
Dans ses mains, l'argile redevient le matériau primordial de l'univers : du chaos jailli la forme, l'homme crée par les quatre éléments, ainsi le potier depuis les temps les plus reculés est en contact avec les principes de la création.
Vassil Ivanoff a vécu passionnément l'aventure en toute intégrité, en toute fierté, bravement sans aucun compromis.
Où est la vérité dans un palais ou dans la tombe ! s'interrogeait-il. Pour lui elle sera là, à la Borne, en ces lieux modestes, à travailler dans la solitude.
Il préparait lui-même toutes ses compositions sans beaucoup de méthode. Il dosait souvent au jugé, d'instinct, improvisait, il avait le génie de la liberté, et donc celui de l'entière communication avec ses œuvres :
" En rentrant, j'ai découvert ma pièce, et j'ai vu qu'elle n'a pas mal travaillé. Elle m'a dit qu'elle veut venir au monde. Alors je m'y suis mis tout de suite et nous avons travaillé ensemble. Je l'ai couverte avec de la terre de décombres et du petit riz. SI les petites souris veulent bien mettre la patte dessus, elle sera encore plus belle. "